Discours prononcé par le coprésident d'A TOUS COEURS au nom du Bureau de l'association, le mercredi 8 septembre 2010, en présence de Monsieur le Maire de Millau et de Madame Monique CASTAN, adjointe au Maire chargée de la Solidarité, ainsi que des président(e)s des associations locales du Secours Catholique, de Saint-Vincent de Paul, de Terre des Enfants et de Myriade.

 

DSC5421 R12

 

Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

 

Il y a un an, forts de nos expériences et de notre volonté commune, nous décidions de nous lancer dans l'aventure en créant A TOUS COEURS. Nous voulions une association de solidarité de proximité, totalement autonome et indépendante. Nous partions de zéro, et, faut-il le rappeler, notre projet n'aurait pu se concrétiser sans l'aide généreuse de Mademoiselle Josette CHALIEZ. Qu'elle soit, ici, encore une fois, ainsi que sa soeur, chaleureusement remerciée. Que dire aussi du soutien des Millavois ? Il nous fut exprimé bien au-delà de nos espérances dès la création d'A TOUS COEURS, et il se concrétise quotidiennement à travers les dons réguliers et les visites à la boutique associative. Dans leur première déclaration, les membres fondateurs écrivaient en juin 2009 : "Avec les autres associations, nous nous inscrivons non dans la rivalité mais dans la complémentarité, afin qu'il soit toujours possible de conjuguer nos moyens pour agir ensemble contre l'exclusion et la solitude." Qu'en est-il aujourd'hui ? Au sein de la COORAFIN, avec le CCAS, la Croix-Rouge, le Secours Catholique, Terre des Enfants, Saint Vincent de Paul, nous apprécions le climat de confiance qui permet à chaque partie, dans le respect de son identité et de sa spécificité, d'apporter une aide que nous pensons efficace aux plus fragiles d'entre nous.

Dès sa création, et compte-tenu de ses moyens, A TOUS COEURS n'a eu de cesse de structurer les différentes aides qu'elle accorde. Certaines sont quantifiables : durant les douzes derniers mois, une centaine de personnes ont sollicité au moins une fois une aide. Pour un montant total de 8 000 euros, il s'agit pour l'essentiel de bons alimentaires, d'aide au chauffage (sous la forme de bouteille de gaz), de lait maternisé et de couches pour bébés.

D'autres actions, en revanche, ne peuvent s'apprécier autrement que dans la relation. La convivialité qui règne, nous le croyons, dans la boutique favorise échange et dialogue. L'espace livres, avec sa table de consultation et le poste de travail informatique sont autant de moyens de se poser, de souffler, mais aussi de se cultiver, de se distraire, de faire des découvertes et là encore, d'échanger au hasard d'une rencontre.

Cette nouvelle saison qui débute est pour nous l'occasion de vous annoncer que le magasin SIMPLY MARKET organisera, avec quatre associations millavoises une collecte de produits alimentaires courant octobre et parrainera notre association durant un an, par le biais de sa nouvelle carte de fidélité. Il sera ainsi proposé aux clients de cette enseigne la possibilité de convertir leurs points en don déductible des impôts, auquel le magasin ajoutera une participation de 2 euros.

Douze mois, dans la vie d'une jeune association, c'est court et c'est long à la fois. Il faut apprendre à se connaître, accepter les décisions de la majorité, trouver de nouvelles idées pour nous rapprocher des personnes sollicitant notre aide. Depuis sa création, certains membres ont quitté A TOUS COEURS, d'autres nous ont rejoints ou s'apprêtent à la faire. Ainsi va la vie ! Qui peut savoir de quoi demain sera fait ? Nous remercions toutes les bonnes volontés qui, d'une façon ou d'une autre, ont permis à A TOUS COEURS d'occuper une place désormais reconnue dans le tissu associatif millavois.

Notre seul regret, c'est que nos actions, à la fois ambitieuses et modestes, ne changent pas la vie. Tout au plus, elles en atténuent les souffrances les plus visibles. Mais rappelons qu'il est de la responsabilité de l'Etat et des pouvoirs publics de créer les conditions nécessaires à ce que chaque citoyen, conscient de ses droits et de ses devoirs, vive dans la dignité. La rudesse des temps présents banalisent la pauvreté, instaurent de fait une catégorie de citoyens de seconde zone. Ne l'acceptons pas, gardons les yeux ouverts !

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog