Billets de cadaux-cedric1

    • Cédric CADAUX
  • Collecte alimentaire à Auchan Millau

    Img 20171015 0001Comme chaque année, notre partenaire AUCHAN, avenue Jean Jaurès, accueillera nos bénévoles les lundi 16 et mardi 17 octobre 2017 pour une collecte alimentaire. Il faut dire que notre association a bien besoin du soutien des Millavois afin d'être au plus près des besoins essentiels des personnes précaires. A Tous Coeurs délivre en effet, en urgence, un colis alimentaire d'une valeur de 10 euros environ à toute personne qui se présente et sollicite une aide. Pour un accompagnement plus long (4 mois maximum), un courrier d'une assistante sociale est alors nécessaire pour le montage d'un dossier.

    Vous trouverez ici le programme complet 2017 de nos actions de solidarité.

    Nous vous donnons donc rendez-vous dès lundi chez notre partenaire pour un moment de rencontre et d'échange. 

     

  • Des nouvelles de Sylvain Vignollet

    Sans titreSouvenez-vous, cet été... Nous avons été contactés par la famille d'un jeune homme millavois, Sylvain Vignollet, atteint de la maladie de Lyme. Touchés par le témoignage de sa belle-mère, Caroline Martin, qui tentait de mobiliser le tissu associatif de notre cité, nous avions décidé de relayer son action. Par le biais d'une cagnotte créee par les proches et dont nous avions publié le lie, grace à votre générosité, la somme de 4910 euros a pu être réunie. Nous avons reçu un petit mot de sa compagne qui nous donne des nouvelles de Sylvain...

    " Je viens un peu vous donner quelques nouvelles. Après notre retour d'Allemagne, nous avons du partir d'urgence en Bretagne car sylvain ne supportait plus la chaleur (il nous a fait de belles frayeurs). Ici il se repose au frais ! Nous avons essayé un nouveau traitement à base de plante et à très petite dose (car il ne supporte toujours pas les antibio), mais là encore il a fait une grosse réaction au traitement... Il a est resté cloué au lit pendant 10 jours (il a eu une période où il ne pouvait même plus se laver seul). Là il commence à aller un peu mieux mais nous devons encore chercher pourquoi il ne supporte aucun médicament (naturel ou allopathique et à n'importe quel dosage). Nous n'avons pas pu aller à Munich pour replacer son Atlas, faute de moyen (1500€ pour 10 jours de traitement, sans compter le voyage et hébergement) et faute d’énergie pour tout les deux ! Voilà des nouvelles peu réjouissantes mais on garde espoir de trouver un jour la solution ! "

     

    https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-silvain

  • Solidarité nationale pour les Antilles : la Fondation de France lance un appel à dons

    Banniere site photo c

    Nous relayons l'appel de la Fondation de France :

    Mercredi 6 septembre, l’ouragan Irma a frappé les Antilles. Les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy ont été particulièrement touchées : au moins 4 morts, 21 blessés et 95 % du territoire a été détruit. Le bilan provisoire est déjà lourd et l’ouragan continue de faire ses ravages.

    Face à la détresse des populations durement frappées, la Fondation de France lance un appel à la solidarité nationale pour les Antilles.

    La Fondation de France aidera les personnes sinistrées les plus vulnérables dans les îles antillaises, notamment à Saint-Martin, Saint-Barthélémy et Haïti. Elle suivra de près l’évolution des besoins et sera vigilante sur la situation des personnes sinistrées les plus en détresse.

    Elle privilégiera les projets des associations qui aideront les familles à reconstruire leur vie - retrouver un toit et des biens d’équipement de base, reprendre une activité, …- et qui permettront à la communauté de reconstruire une vie sociale, associative et éducative. Elle soutiendra également les petits artisans et cultivateurs dont l’outil de production a été détruit pour relancer leur activité.

    La Fondation de France mobilise immédiatement 100 000 euros pour financer ses premières interventions.

    Elle interviendra après la phase de secours et d’urgence immédiate pour faciliter le retour à une vie quotidienne normale des personnes les plus fragiles.

    La Fondation de France assurera un suivi tant de la gestion financière que de la réalisation des projets financés. Au terme de cette opération, une évaluation et un bilan de l’utilisation des fonds collectés seront publiés sur le site internet de la Fondation de France.

     

    Je fais un don

     

  • Que devient le linge que vous nous donnez ?

    Jeudi dernier, nous nous sommes rendus chez notre partenaire LE RELAIS 48, entreprise d'insertion sociale spécialisée dans la valorisation de textiles, située à Saint-Alban-sur-Limagnole, afin de visiter la structure et rencontrer le personnel oeuvrant sur place. 

    Nous profitons de cette occasion pour faire le point sur ce que deviennent les vêtements et plus largement le linge que nous donnent les Millavois.

     

    Img 0132a60% du linge est vendu dans notre boutique

    Il s'agit de vêtements et de linge maison dont l'état est irréprochable, proposés à des prix très abordables. En 2017, le produit des ventes de ce secteur (vêtements, vaisselle et livres) s'est élevé à 16217.86 euros, soit 26.5 % des revenus de l'association.

    Les coupures de tissus sont utilisées dans notre atelier pour le relookage de meubles (l'assise des chaises).

     

    Les 40% restants n'ont aucune valeur marchande

    Trop usés, déchirés, tâchés... ces vêtements sont cédés au RELAIS 48 qui va les envoyer dans un centre de valorisation spécialisé de sonIsolation metisse réseau. Ces textiles seront transformés en matière isolante durable (Métisse) et contribueront à maintenir et dévolopper les emplois d'insertion au sein de cette entreprise.

    Rouleau laine d isolation metisse m 25kgm3

     

    A noter qu'une petite quantité de ce rebut reste à Millau (litière pour les animaux du refuge millavois, chiffons pour notre atelier).

     

    En conclusion, si ce secteur ne représente plus la part la plus importante de nos revenus, il n'en reste pas moins qu'il est primordial pour maintenir nos actions solidaires. Aussi, n'hésitez pas à nous donner les textiles que vous n'utilisez plus. Vous pouvez déposer vos dons à la boutique de l'association mais notre équipe se déplace également à domicile.

     

     

  • Aidons Sylvain Vignollet

    Sans titre

    Nous avons été récemment contactés par la famille d'un jeune homme millavois, Sylvain Vignollet, atteint de la maladie de Lyme. Touchés par le témoignage de sa belle-mère, Caroline Martin, qui tente de mobiliser le tissu associatif de notre cité, nous avons décidé de relayer son action. La famille a besoin de fonds pour commencer une thérapie en Allemagne. Une cagnotte a été créee par les proches. Nous donnons le lien à la fin de cet article.

    Ecoutons Caroline nous parler de la situation de Sylvain.

    "Il y a 3 ans, Sylvain était un jeune homme dynamique et sportif qui a vu sa vie bouleversée par l’apparition de troubles physiques tous plus handicapants les uns que les autres. Depuis début 2017 nous avons enfin mis un nom sur ces symptômes : la maladie de Lyme.

    Le gros problème est qu’en France, le milieu médical ne prend pas en charge les malades de Lyme en stade chronique. Nous nous retrouvons bien seuls et désemparés pour trouver une solution de guérison. Plus le temps passe et plus son état de santé empire…

    Mais ce n’est pas une fatalité, on peut guérir et la solution se trouve en Allemagne ! Là-bas, la maladie est reconnue et Sylvain pourra être soigné en milieu hospitalier, entouré de personnes compétentes et dans de bonnes conditions.

    Malheureusement, se déplacer à l’étranger nécessite des fonds que nous n’avons pas en totalité. De plus les soins ne seront pas remboursés ( environ 15 000 € uniquement pour les soins) et l’hospitalisation se fait uniquement de jour, donc il faudra se loger sur place.

    C’est pourquoi, nous comptons sur votre générosité pour nous aider à le sortir de cette impasse, car il est urgent d’agir, à ce jour Sylvain ne peut presque plus se lever !"

    Sa famille

    Lire la suite

  • Le médaillon (une nouvelle de René Picard)

    03 06 2016 07 26 422…alors elle referma le médaillon.

    Cela avait commencé au début du printemps. Elle venait d’être mutée à la brigade de police de Millau. Quitter les brumes de son département, là-bas, très loin au nord, lui avait été difficile. Elle échangeait la vue quotidienne du beffroi de sa ville contre celle du beffroi de Millau. La peur de l’inconnu, même en aimant ce métier si difficile et pourtant si décrié, l’avait hantée pendant les semaines précédant son installation. Mais l’accueil reçu avait très vite dissipé ses craintes. La ville, ses habitants, ses collègues et son travail égayaient agréablement sa nostalgie toute neuve. Et puis, le soleil, trop discret dans sa région natale, éclairait, sur la toile de fond de la Pouncho, son nouvel horizon.

    Les semaines passèrent. La jeune policière se sentait déjà presque millavoise ! Les gardes succédaient aux patrouilles, les contrôles aux activités de prévention. Ce travail lui plaisait. Bien sûr, elle entendait parfois quelques remarques désobligeantes, mais elle se disait que ceux qui les proféraient seraient peut-être ceux qui appelleraient un jour, pour une aide urgente. Elle profitait des moments de repos pour découvrir la ville, les alentours. La belle Place du Mandarous avait sa préférence. Elle y passait de longs moments devant une tasse de café. De la terrasse, elle observait la vie de la cité, s’imprégnant des bruits, des parfums et surtout… de l’accent qui chantait dans les rues.

    C’est un matin de juillet qu’elle l’aperçut, sur les marches de la Poste. Petit, barbu, gris, tassé, vieux, engoncé dans d’improbables vête-ments, il regardait passer les gens, sans rien dire, une boîte posée à côté de lui. La vue de l’uniforme ne changea pas son comportement. Il regarda la jeune fille en souriant. Elle remarqua ses yeux. Un regard calme, serein, digne dans ce dénuement pourtant si visible. Emboî-tant le pas de son collègue, elle continua sa ronde.

    Quelque temps après, lors d’un passage, en voiture cette fois, elle vit à nouveau le mendiant, au même endroit et cette nouvelle rencontre provoqua chez elle un sentiment étrange. Mais, profes-sionnelle avant tout, elle décida de le considérer comme n’importe qui. Pourtant, ce qu’elle ressentait et ne pouvait expliquer commen-çait à occuper ses pensées.

    Combien de fois le vit-elle, sur une des marches de la Poste ? Elle n’aurait pu le dire car, en-dehors de ses rondes, elle ne pouvait s’empêcher de descendre la rue et de s’arrêter à son niveau. A quelques pas de lui, au début, puis de plus en plus près jusqu’à, un matin, lui adresser la parole. Elle lui parla doucement, du temps, de lui sur les marches, d’elle et de son métier. Même sans l’uniforme, elle était sûre que le mendiant la reconnaissait. Il ne se levait pas, restait à côté de sa boîte et parlait.

    Et bientôt l’habitude de la visite quotidienne fut prise. Tous deux semblaient en avoir besoin, mais pourquoi ? Pour quelques instants de compagnie ? C’est possible. Une sorte d’ombre planait au-dessus d’eux ou plutôt, un nuage, oui, c’est cela, un nuage pas mena-çant du tout, un nuage porteur, peut-être, d’une nouvelle.

    Un soir, alors que l’homme la questionnait sur sa famille, la jeune fille lui montra le médaillon qu’elle portait toujours et qui renfermait une petite photo. La photo d’un petit garçon, souriant, blond et bouclé, mystérieusement disparu, un petit garçon qui avait été pendant huit ans le frère de son grand-père. Elle ne l’avait jamais connu mais on lui en avait tant parlé qu’elle en avait fait une sorte de légende, un être merveilleux qui avait habité ses rêves de petite fille, un être sans défauts. Un petit garçon qu’on avait enlevé un soir de décembre, près du jardin où il jouait. Le médaillon était devenu son porte-bonheur, qui saurait la protéger, dans un métier qui comporte parfois des risques. Son grand-père le lui avait offert. C’était la répli-que de celui que portait le petit le jour de son enlèvement.

    (Quand elle repense à cet instant, elle se souvient que le mendiant avait regardé la photo, longuement, avec un regard un peu triste, comme s’il comprenait ses sentiments.)

    Et les mois passèrent, témoins du même rituel. Jusqu’à ce matin de novembre (elle en connaît à jamais la date, l’heure précise). La sonnerie du téléphone, le départ rapide sur les lieux pour porter secours s’il en était encore temps. La voix de l’appel avait simplement dit qu’un homme ne bougeait plus sur l’escalier de la Poste. Elle avait sauté dans la voiture avec un autre policier. Une minute plus tard, ils en descendaient. Elle avait couru, monté trois marches. Sur la quatrième, IL semblait réfléchir, courbé, légèrement penché du côté gauche. Elle avait déjà compris, pendant le court trajet, qu’ils ne parleraient plus de tout et de rien, des autres et d’eux-mêmes. Il n’y aurait plus de ces moments magiques où, sans rien se dire, on se parle, on se comprend, on partage des secrets inconnus mais qu’on sait vrais, on se tait pour mieux raconter sa vie, on se sent proche, complice, ami, parent.

    Elle se pencha sur le vieux mendiant endormi pour toujours. Il fallait maintenant laisser la place à son métier, retrouver son rôle de policière, effectuer des démarches. Pas le plus facile. Elle essaya de ralentir ses pensées.  Elle voulut refermer le col du manteau hors d’âge. Ses doigts accrochèrent une chaîne qu’elle n’avait jamais remarquée auparavant. Elle la tira doucement, jusqu’à un petit médaillon. Il s’ouvrit presque de lui-même. A l’intérieur, la photo d’un petit garçon souriant, blond et bouclé.

    Elle resta longtemps silencieuse. Ses rêves de petite fille venaient de grandir. Ils étaient devenus des regrets adultes.

    …alors elle referma le médaillon.    

    Img 20160521 11

    Lire la suite

  • Le coup de main des Scouts de France

    Img 20170325 153221Ils s'appellent Marion, Servane, Jean-Baptiste et Raphaël. Ils ont 17 ans et sont compagnons au sein du groupe millavois des Scouts de France. Il y a un mois, ils nous ont rendu visite pour se renseigner sur notre fonctionnement, sur les actions de solidarité conduites par notre équipe. Aujourd'hui, ces quatre jeunes sont revenus pour nous prêter main forte. Dans notre modeste atelier, certes un peu à l'étroit, ils ont participé à la restauration et au relookage de meubles. Equipés de masques et de papier verre, ils ont vaillamment poncé bonnetière, bibliothèque ou table basse... Cette généreuse initiative (un "expériment" pour les initiés) s'inscrit dans le parcours personnel de ces jeunes scouts, jalonné de quatre étapes : la rencontre, l'évolution personnelle, le travail d'équipe et le partenariat avec une association. Les meubles préparés par ces jeunes seront signalés dans la boutique solidaire, une façon de rendre hommage à leur passage parmi nous.

  • 14 112.30 euros et 111 foyers aidés en 2016

    EntraideComme chaque année, nous avons tenu notre assemblée générale, réunissant l'ensemble de nos membres. Nous sommes revenus sur l'exercice écoulé, avons analysé l'impact  de nos différentes actions, avant de nous projeter dans un avenir proche et d'arrêter ensemble de nouvelles pistes, de nouveaux projets...

    Nous vous présentons en pièce jointe le compte-rendu détaillé de la saison 2016. Vous y lirez notamment une contribution de notre responsable du bureau des aides présentant quelques exemples de soutien apporté.

    Lire la suite

  • Le beau geste de la Caisse d'Epargne

    Img 20170308 173831

    Mercredi en fin d'après-midi, l'équipe de bénévoles de notre association recevait des mains de M. Niel, au nom de la Caisse d'Epargne, un chèque de 2500 euros. Cette somme a permis l'acquisition d'un nouveau fourgon destiné à recupérer les dons volumineux à domicile. "Cette aide est déterminante pour nous permettre de mener à bien nos actions. Chaque semaine, nous sillonnons les routes sud aveyronnaises, car notre rayon d'intervention dépasse largement les limites géographiques de la cité du gant", précise Cédric Cadaux. Et d'ajouter : "Sachez que ce chèque nous aide doublement. Bien sûr il nous permet de disposer d'un véhicule récent, mais aussi de mettre à disposition de notre premier fourgon, moyennant une participation aux frais et sous condition de revenus, à des personnes devant déménager et ne pouvant pas supporter le paiement d'une caution chez un loueur privé."

    Dès samedi matin, les deux fourgons seront sur les routes...

  • Aide d'urgence

    EntraideA titre d'exemple et d'information, notre association vient d'aider à l'équipement du nouveau logement d'une personne sinistrée lors d'un récent incendie : meubles de première nécessité, linge de maison, réfrigérateur. Cela n'aurait pas été possible sans votre soutien...

  • Un geste généreux

    Millau luminaires arcier

    L'association A Tous Coeurs tient à remercier Madame Arcier de sa générosité à l'occasion de sa cessation d'activité, après 75 ans de bons et loyaux services. En effet, la commerçante emblématique de la place de la Capelle nous a fait don de l'ensemble de son stock de luminaires neufs et de son comptoir. Prochainement, la boutique associative de la rue de la liberté organisera une braderie spéciale. Heureuse et paisible retraite madame !

  • Nous retirons vos dons chez vous, à domicile !

    Si notre associaion caritative est en mesure d'apporter son soutien aux personnes en grande difficulté de notre ville et ses environs, c'est bien sûr grâce au travail de ses bénévoles, mais tout autant grâce à la confiance et à la générosité de ses nombreux donateurs.

    Une question nous est parfois posée : "Avez-vous accès à la benne des associations de la déchèterie ?" . Il est vrai que les affichettes placardées sur place peuvent prêter à confusion. Il ne s'agit pas de la benne des associations, mais de quelques-unes seulement. La réponse est donc : "Non, nous n'y avons pas accès." Et de plus, nous ne le souhaitons pas particulièrement.

    Nous pensons qu'il est normal que le donateur connaisse précisément le destinataire de son don. Aussi préférons-nous nous rendre à domicile (à Millau mais également dans les environs) retirer vêtements, linge de maison,  objets divers,  livres ou  mobilier. L'occasion pour nos bénévoles de présenter nos actions, notre fonctionnement, nos projets... C'est quand même plus sympa que de se retrouver face à une benne, non ?

    Fixer un rendez-vous ? Rien de plus simple !

    Tranquillement assis devant votre ordinateur, choisissez vous-même le jour et l'heure ! Cliquez sur ce lien, c'est tout !

    http://www.asso-atouscoeurs.org/reservation/demandez-le-passage-du-fourgon-chez-vous.html

    Vous pouvez aussi contacter l'équipe au  07 83 76 35 24 (n'hésitez pas à laisser un message, nous vous rappelons très vite.)

    A bientôt !Img 0663 2a

  • Nous retirons vos dons chez vous, à domicile !

    Si notre associaion caritative est en mesure d'apporter son soutien aux personnes en grande difficulté de notre ville et ses environs, c'est bien sûr grâce au travail de ses bénévoles, mais tout autant grâce à la confiance et à la générosité de ses nombreux donateurs.

    Une question nous est parfois posée : "Avez-vous accès à la benne des associations de la déchèterie ?" . Il est vrai que les affichettes placardées sur place peuvent prêter à confusion. Il ne s'agit pas de la benne des associations, mais de quelques-unes seulement. La réponse est donc : "Non, nous n'y avons pas accès." Et de plus, nous ne le souhaitons pas particulièrement.

    Nous pensons qu'il est normal que le donateur connaisse précisément le destinataire de son don. Aussi préférons-nous nous rendre à domicile (à Millau mais également dans les environs) retirer vêtements, linge de maison,  objets divers,  livres ou  mobilier. L'occasion pour nos bénévoles de présenter nos actions, notre fonctionnement, nos projets... C'est quand même plus sympa que de se retrouver face à une benne, non ?

    Fixer un rendez-vous ? Rien de plus simple !

    Tranquillement assis devant votre ordinateur, choisissez vous-même le jour et l'heure ! Cliquez sur ce lien, c'est tout !

    http://www.asso-atouscoeurs.org/reservation/demandez-le-passage-du-fourgon-chez-vous.html

    Vous pouvez aussi contacter l'équipe au  07 83 76 35 24 (n'hésitez pas à laisser un message, nous vous rappelons très vite.)

    A bientôt !Img 0663 2a

  • Le tome 7 est sorti !

    Sans titre 3"Et voguent les souvenirs", tel est le sous-titre du 7ème tome de notre saga historique "Des Millavois parlent aux Millavois" dont vous découvrez aujourd'hui, en avant-première, la couverture... Depuis sept ans maintenant, à l'approche de Noël, nous donnons rendez-vous aux passionnés d'histoire(s) locale(s) impatients de tenir entre leurs mains le tout dernier écrin de récits et d'anecdotes vécues de l'ancien temps. Ce livre, fruit d'un an de travail, fait la part belle aux photos inédites et un nouvel illustrateur, Jean-Paul Guillaume, a rejoint les auteurs Arlette Bompart, Cédric Cadaux et Pierre Costecalde. Vous voudriez en savoir un peu plus ? Voici quelques-un des titres composant cet ultime volume : "Un commerce, une vie...", "Yvonne et Maurice", "Les hommes en noir", "Du cirque à la moto", "La colonie du château", "Laurencie", "Lapinodrame", "Au Saoutadou naguère..." Mais le mieux ne serait-il pas de courir à la boutique d'A Tous Coeurs afin de vous procurer le bel ouvrage ?

     

     

  • Collecte de jouets à Géant Casino

    Jouet bois noelC'est un nouveau rendez-vous que nous proposons aux Millavois, un nouveau challenge aussi, pour nous... Avec le dynamique soutien de l'agence locale CENTURY 21, nous organisons le samedi 10 décembre à partir de 14 heures une grande collecte de jouets à GEANT CASINO Millau. Nous vous attendons nombreux dans la galerie marchande et nous nous ferons un plaisir de vous présenter nos actions de solidarité...

    Précisons que les jouets collectés sont offerts aux enfants bénéficiaires de nos actions.

  • Grande collecte de jouets Century 21

    Img 20161109 140134 011Jusqu’au 30 novembre, l’agence immobilière locale Century 21, place du Mandarous, organise une grande collecte de jouets en partenariat, cette année, avec notre association. Mercredi dernier, nos deux équipes se sont retrouvées afin de préparer cette opération dans les moindres détails. Ainsi, les Millavois sont invités à venir déposer à l’agence Century 21 un ou plusieurs jouets de leur choix, pourvu qu’ils soient complets et en parfait état de marche. Nos bénévoles se chargeront ensuite de les trier et de les distribuer au moment de Noël. Sur le plan national, cette opération a permis de collecter depuis sa création il y a quatre ans plus de 930 000 jouets. Autant dire que l’accueil du public fut à la hauteur des espérances !

     

    Cci10112016 0002

  • Le tome 7, c'est pour bientôt !

    Sans titre 3"Et voguent les souvenirs", tel est le sous-titre du 7ème tome de notre saga historique "Des Millavois parlent aux Millavois" dont vous découvrez aujourd'hui, en avant-première, la couverture... Depuis sept ans maintenant, à l'approche de Noël, nous donnons rendez-vous aux passionnés d'histoire(s) locale(s) impatients de tenir entre leurs mains le tout dernier écrin de récits et d'anecdotes vécues de l'ancien temps. Ce livre, fruit d'un an de travail, fait la part belle aux photos inédites et un nouvel illustrateur, Jean-Paul Guillaume, a rejoint les auteurs Arlette Bompart, Cédric Cadaux et Pierre Costecalde. Vous voudriez en savoir un peu plus ? Voici quelques-un des titres composant cet ultime volume : "Un commerce, une vie...", "Yvonne et Maurice", "Les hommes en noir", "Du cirque à la moto", "La colonie du château", "Laurencie", "Lapinodrame", "Au Saoutadou naguère..." Mais chut ! Nous vous en dirons un peu plus dans quelques jours...

     

     

  • Un geste qui compte...

    Img 20161012 171913

    Mercredi en fin d'après-midi, Stéphanie et Jean-Noël ANNIBALI ont invité des bénévoles de notre équipe dans leur belle boutique de jouets de la rue Droite "LE JARDIN DES GRANDS". Là, les commerçants sympas et généreux ont remis à notre vice-président Alain CALVET un chèque et une sélection de jouets neufs et de qualité. "La somme que vous nous remettez nous servira à augmenter notre budget d'aide à l'enfance" ont précisé les bénévoles présents. Quant aux jouets, ils seront offerts pour Noël aux enfants de nos bénéficiaires.

    Notre équipe tient à remercier chaleureusement Stéphanie et Jean-Noël ANNIBALI pour le soutien qu'ils apportent aux actions de solidarité d'A TOUS COEURS depuis maintenant un an. Un mot avant de terminer : sachez que vous pouvez déposer vos jeux et jouets au magasin qui nous les transmettra.

  • Coup de pouce à l'école Jules-Ferry

    Csm razisse1 ba2089928dDu 10 au 14 octobre prochain, les élèves de CM1 et CM2 de l'école Jules-Ferry à Millau participeront à une classe de découverte sur le thème de l'astronomie et du sport à Razisse, dans le Tarn.

    A cette occasion, notre association versera une aide de 100 euros afin d'aider quelques familles démunies à financer ce séjour. Bon voyage à toutes et à tous !

  • Un prêt de fourgon pour les personnes à faibles revenus

    Img 0663 2a

    De nombreuses personnes disposant de faibles revenus nous sollicitent pour la mise à disposition de notre fourgon à des fins de déménagement. Désormais, nous mettons en place un service de prêt de notre -vieux mais vaillant- fourgon réservé aux personnes modestes et basé avant tout sur la confiance.Les conditions sont les suivantes:

    - ne pas être imposable sur le revenu

    - être titulaire du permis de conduire depuis plus de 2 ans et être âgé d'au moins 21 ans

    - utiliser le fourgon à Millau ou dans les environs seulement

    - signer une convention de prêt engageant la responsabilité de l'emprunteur

    - s'engager à ne pas dépasser 40 km de distance parcourue.

    - s'acquitter d'une participation aux frais d'entretien de 50 euros. En revanche, il ne sera pas demandé de dépôt de garantie (ce dernier point constituant un obstacle lorsque l'on ne dispose pas de chéquier), ni de remise à niveau du carburant.

    Lire la suite