Le nouveau projet d'écriture est sur les rails !

Img 0873a

Nous vous l'annoncions dès la rentrée de septembre dernier. Forts du succès de notre collection patrimoniale "Des Millavois parlent aux Millavois", nous avons décidé d'élargir notre lectorat tout en sollicitant la créativité des Millavois... Un nouveau groupe de travail s'est constitué autour d'une idée originale et ambitieuse : publier un livre de contes, nouvelles et poèmes ayant pour point d'encrage notre ville et sa région. Déjà, plus de trente poèmes nous ont été proposés ainsi qu'une dizaine de nouvelles. Les thématiques abordées sont riches et variées : drames, suspense, humour... Voici quelques titres, histoire de vous mettre l'eau à la bouche : Le médaillon, Il faisait froid, cet hiver-là..., Le semeur, Pairi daesa : le jardin paradis de la Graufesenque... 

Aussi, lançons-nous un appel aux personnes sensibles à notre démarche et désireuses de participer à cette nouvelle aventure... N'hésitez pas à nous envoyer vos productions. Voici l'adresse du responsable de notre comité de lecture : rene.picard@atouscoeursmillau.fr.

Précisons que ce projet s'inscrit dans les actions de solidarité de notre association. En effet, les droits d'auteur de la future publication financeront une partie du programme d'aides d'A Tous Coeurs.

Alors, à vos plumes !

 

Voici un extrait d'une nouvelle que nous avons sélectionnée. Pour connaître la chute, il faudra patienter jusqu'à la sortie du livre en librairie !

Il faisait froid, cet hiver-là...

Une nouvelle de René Picard

Illustration de Jean-Paul Guillaume

Img 20160521 0003

Elle était née au hameau, sur le froid plateau du Lévézou, entre Vezins et Saint Léons, il y a bien longtemps, très longtemps. Peu de voitures encore, peu de contacts avec l’extérieur. Millau, elle en avait entendu parler  mais n’y était jamais allée. Sa vie  coulait là, entre la ferme et les champs, entre la maison et la cour, entre le travail et les repas, entre deux générations. Celle de sa mère qui avait élevé son fils quand son mari l’avait quittée et qu’elle l’avait remplacé aux champs celle d’ Antoine, ce fils,  qu’elle n’avait vraiment vu qu’à l’adolescence, quand il avait pu aider au dur labeur de la campagne. C’était ainsi, elle n’était pas une exception. Elle redoutait les rudes hivers du plateau, quand le vent glacé s’invite sous les portes et  vous gèle le corps lorsqu’on est dehors. Ce froid dont elle n’aurait jamais cru se faire un allié, un jour… Et les années avaient succédé aux années, jusqu’à cette nuit de décembre, un peu avant Noël. Il faisait très froid, trop froid depuis déjà plusieurs jours quand « c’ » était arrivé. Un bruit de voix, puis de dispute l’avait réveillée vers deux heures du matin. Puis plus rien. Que le silence de la nuit, de l’hiver, ce silence des nuits froides, blanches de  neige et figées sous la clarté improbable de la lune. Ces nuits qui peuvent tout aussi bien prêter au romantisme, à la rêverie qu’au drame.

Elle s’était levée, enroulée dans la grosse couverture qui lui servait de dessus de lit, avait ouvert la porte et, avant de sortir, avait scruté la cour éclairée par la lune blafarde, cherchant à discerner quelque chose ou quelqu’un. Une ombre au milieu de la cour attira son regard. Une sorte de tache sur les cailloux. Et une silhouette, tout près, trop près de cette tache. Elle s’avança. Elle n’avait pas peur. Sa vie de travail incessant ne lui avait pas laissé le temps d’avoir peur, ni même  de connaître    ce sentiment. Et puis, le Lévézou, tout rude qu’il était, la rassurait. Si on pouvait y vivre c’est qu’on était fort, courageux, et qu’on ne connaissait pas la peur. Comme elle.

Elle s’approcha encore et reconnut Antoine, ce fils qu’elle avait réellement découvert l’année de ses quinze ans, l’année où il avait vraiment participé au travail de la ferme à ses côtés. [...]

 

anecdotes millau histoire millavoise contes nouvelles poèmes livre édition

Vous devez être connecté pour poster un commentaire